Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 5) (Illustrated)

Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 5) (Illustrated)

by Jean-François de La Harpe

NOOK Book(eBook)

$0.99 View All Available Formats & Editions

Available on Compatible NOOK Devices and the free NOOK Apps.
WANT A NOOK?  Explore Now
LEND ME® See Details

Overview

Nous croyons devoir placer ici cette relation très-attachante par la singularité des événemens et l'intérêt des situations. Elle pourra reposer l'attention de nos lecteurs, que nous venons d'occuper de détails qui ne sont pas toujours amusans, s'ils sont toujours instructifs. Si, après avoir trouvé dans les derniers articles de quoi exercer leur raison et leur curiosité, ils désirent des objets faits pour intéresser leur sensibilité et leur imagination, ils pourront se satisfaire en lisant les aventures de Pinto et celles de Bontékoë, qui les suivront. Les premières ont quelquefois un air fabuleux, et il est permis sans doute de s'en défier, sans que cette espèce d'incrédulité nuise au plaisir qu'on y peut prendre. Mais il faut observer aussi que tout ce qui paraît incroyable n'est pas toujours impossible: si dans certaines matières on a commencé à croire moins, à mesure qu'on s'est éclairé davantage, on peut dire aussi que, sur d'autres points, on est devenu moins incrédule à mesure qu'on est devenu plus savant. C'est surtout aux récits des voyageurs, à l'histoire des mœurs et à la description des objets lointains, que cette assertion peut être appliquée; et d'ailleurs elle est prouvée par une infinité d'exemples.

Comme dans le détail des événemens personne ne s'exprime avec plus d'intérêt que celui qui était acteur ou témoin, nous laisserons le plus souvent parler Pinto lui-même, et nous ne prendrons sa place que lorsqu'il faudra abréger son récit.

«J'avais éprouvé pendant dix ou douze ans, dit-il, la misère et la pauvreté dans la maison de mon père, lorsqu'un de mes oncles, formant quelque espérance de mes qualités naturelles, me conduisit à Lisbonne, où il me mit au service d'une très-illustre maison. Ce fut la même année que se fit la pompe funèbre de don Emmanuel, le 13 décembre 1521, et je ne trouve rien de plus ancien dans ma mémoire. Cependant le succès répondit si mal aux intentions de mon oncle, qu'après un an et demi de service, je me trouvai engagé dans une malheureuse aventure qui exposa ma vie au dernier danger. Je pris la fuite avec une si vive épouvante, qu'étant arrivé, sans aucun autre dessein que d'éviter la mort, au gué de Pedra, petit port où je trouvai une caravelle qui partait chargée de chevaux pour Setuval, je m'y embarquai le lendemain. Mais à peine fûmes-nous éloignés du rivage, qu'un corsaire français nous ayant abordés, se rendit maître de notre bâtiment sans la moindre résistance, nous fit passer dans le sien avec toutes nos marchandises, qui montaient à plus de six mille ducats, et coula notre caravelle à fond. Nous reconnûmes bientôt que nous étions destinés à la servitude, et que l'intention de nos maîtres étaient de nous aller vendre à Larache en Barbarie. Ils y portaient des armes, dont ils faisaient commerce avec les mahométans. Pendant treize jours entiers qu'ils conservèrent ce dessein, ils nous traitèrent avec beaucoup de rigueur. Mais le soir du treizième jour, ils découvrirent un navire auquel ils donnèrent la chasse pendant toute la nuit, et qu'ils joignirent à la pointe du jour. L'ayant attaqué avec beaucoup de courage, ils le forcèrent de se rendre, après avoir tué six Portugais et dix ou douze esclaves. Ce bâtiment, que plusieurs marchands de Lisbonne avaient chargé de sucre et d'esclaves, fit passer entre les mains des corsaires un butin de quarante mille ducats. Ils abandonnèrent le dessein d'aller à Larache; et ne pensant qu'à faire voile vers la France avec une partie de leurs prisonniers, qu'ils jugèrent propres à les servir dans leur navigation, ils laissèrent les autres pendant la nuit dans une rade nommée Mélides. J'étais de ce dernier nombre, nu comme tous mes compagnons et couvert de plaies, qui nous restaient des coups de fouet que nous avions reçus les jours précédens. Dans ce triste état, nous arrivâmes à Saint-Jacques de Caçon, où nos misères furent soulagées par les habitans. Après y avoir rétabli mes forces, je pris le chemin de Setuval. Ma bonne fortune m'y fit trouver, presqu'en arrivant, l'occasion de m'employer pendant plusieurs années.

Product Details

BN ID: 2940148227663
Publisher: Lost Leaf Publications
Publication date: 02/02/2014
Sold by: Barnes & Noble
Format: NOOK Book
File size: 524 KB

Customer Reviews

Most Helpful Customer Reviews

See All Customer Reviews

Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 3) (Illustrated) 3 out of 5 based on 0 ratings. 1 reviews.
Anonymous More than 1 year ago
?