Follow Me Back (Follow Me Back Series #1)

Follow Me Back (Follow Me Back Series #1)

by A. V. Geiger

NOOK Book(eBook)

$8.99 $9.99 Save 10% Current price is $8.99, Original price is $9.99. You Save 10%.
View All Available Formats & Editions

Available on Compatible NOOK Devices and the free NOOK Apps.
WANT A NOOK?  Explore Now

Overview

"Follow Me Back is the perfect mix of fandom with just the right amount of suspense. An enthralling page turner from beginning to end." —ANNA TODD, New York Times bestselling author of the After series

There's a fine line between fandom...and obsession.

Tessa Hart's world feels very small. Confined to her bedroom with agoraphobia, her one escape is the online fandom for pop sensation Eric Thorn. When he tweets to his fans, it's like his speaking directly to her...

Eric Thorn is frightened by his obsessive fans. They take their devotion way too far. It doesn't help that his PR team keeps posting to encourage their fantasies.

When a fellow pop star is murdered at the hands of a fan, Eric knows he has to do something to shatter his online image fast—like take down one of his top Twitter followers. But Eric's plan to troll @TessaHeartsEric unexpectedly evolves into an online relationship deeper than either could have imagined. And when the two arrange to meet IRL, what should have made for the world's best episode of Catfish takes a deadly turn...

Told through tweets, direct messages, and police transcripts, this thriller for the online generation will keep you guessing right up to the shocking end.

Follow Me Back Series:
Follow Me Back (Book 1)
Tell Me No Lies (Book 2)

Product Details

ISBN-13: 9781492645245
Publisher: Sourcebooks
Publication date: 06/06/2017
Series: Follow Me Back Series , #1
Sold by: Barnes & Noble
Format: NOOK Book
Pages: 368
Sales rank: 1,103,374
File size: 1 MB
Age Range: 14 - 17 Years

About the Author

A. V. Geiger is a popular online author and member of the elite Wattpad Stars program. Her original teen fiction has received millions of hits on Wattpad, the story-sharing website and was ranked number one in the mystery/thriller genre. She lives in New Jersey with her husband and twin boys. Learn more at avgeiger.com.

Read an Excerpt

Follow Me Back


By A. V. Geiger, Frédérique Le Boucher

Robert Laffont

Copyright © 2017 A. V. Geiger
All rights reserved.
ISBN: 978-1-4926-4523-8


CHAPTER 1

PROJECTION


12 août 2016

– Tu ne fais pas une fixation. Tu projettes. — Je projette?

Tessa quitte des yeux la longue torsade de cheveux bruns qu'elle a passé la dernière demi-heure à natter et dénatter. Elle croise le regard de sa psychothérapeute installée à l'autre bout de la pièce.

— C'est un mécanisme de défense assez classique, poursuit le docteur Regan.

Comme d'habitude, la voix de sa psy reste parfaitement neutre, dénuée de toute émotion – l'équivalent d'un bruit de fond. Mais elle change de position tout en parlant, comme si elle n'était pas très à son aise. Assise sur un pouf poire rose avachi, les jambes croisées au niveau des chevilles, elle fait pourtant de son mieux pour conserver un maintien tout professionnel. Normalement, elle ne reçoit ses patients que dans son cabinet. Mais pour Tessa, elle a fait une exception.

Tessa jette un coup d'œil aux collants de son interlocutrice qui plissent derrière ses genoux. Elle ne peut pas s'empêcher d'éprouver, malgré tout, une certaine admiration. C'est qu'il faut un sacré courage pour affronter la chaleur torride de l'été texan en collants de nylon. Elle ne porte, quant à elle, qu'un débardeur et un pyjashort en coton qui effleure à peine le haut de ses fines cuisses galbées.

— Tu projettes, répète le docteur Regan. Nous utilisons ce terme lorsqu'une personne attribue ses propres pensées et ses propres émotions à quelqu'un d'autre. Dans ton cas, à une célébrité.

— Mais je n'ai jamais rencontré Eric Thorn. Je ne suis même jamais allée à un de ses concerts.

Le docteur Regan ramasse à ses pieds le journal dans lequel Tessa est censée consigner tout ce qui lui passe par la tête et le feuillette pour revenir au début. Elle ne fait aucun commentaire sur ses gribouillis : un mix de cœurs, de petits animaux stylisés et de visages sans yeux jetés pêle-mêle sur la couverture. Projection? Laisse tomber, pense Tessa, en fronçant le nez. Elles feraient sans doute mieux de discuter du fait qu'elle ne peut même pas supporter que ces bonshommes, là, ces trucs qu'elle a griffonnés elle-même, la regardent.

Le docteur Regan pointe alors du doigt une des premières annotations de sa patiente.

— Parle-moi de ceci. Qu'est-ce qui a suscité ton intérêt au point de vouloir écrire quelque chose à son sujet?

— Au sujet d'Eric? (Tessa récupère le cahier à spirale et parcourt la page.) J'étais en train de regarder la télé, TMZ je crois. Ils l'avaient surpris en train de se balader dans New York avec une vague actrice de Pretty Little Liars. Alors, forcément, ils en ont tout de suite conclu qu'il sortait avec elle.

— Mais ce n'est pas ce que tu as écrit.

— Bien sûr que non. Vous avez déjà regardé TMZ? C'est comme une fanfiction mais en encore moins crédible.

Un sourcil du docteur Regan s'incurve légèrement. Son visage n'a jamais été aussi près d'exprimer une émotion. Elle repousse ses lunettes sur son nez.

— Dis-moi plutôt ce que tu as écrit.

Tessa remonte ses genoux contre sa poitrine. Elle ressent un vague malaise au souvenir de sa réaction devant la vidéo toute pourrie du paparazzi. Elle en était restée tétanisée, comme subjuguée. Eric et cette fille ... Il n'avait pas l'air d'être avec sa petite copine. Mais alors pas du tout. Le film le montrait marchant à vive allure et jetant un regard furtif par-dessus son épaule alors qu'il accélérait le pas. Et puis la caméra zoomait. Ces fameux yeux bleus au regard perçant qui traversaient littéralement l'écran ... Cette expression sur son visage ... — Il n'avait vraiment pas l'air d'un garçon content de sortir avec sa nouvelle petite amie, commente Tessa. Enfin, pas pour moi en tout cas.

— Que semblait-il éprouver selon toi?

Elle ferme les yeux.

— Il semblait mort de trouille.

— Bien, Tessa. (Le docteur Regan la gratifie d'un hochement de tête approbateur.) Et que crois-tu que cela puisse révéler de ton propre état d'esprit?

— Vous voulez dire que j'ai tout imaginé? Que c'est moi qui suis morte de trouille, en fait?

Le docteur Regan se penche en avant avec avidité. Elle repousse une mèche de cheveux grisonnants derrière son oreille.

— C'est possible, je suppose ..., concède Tessa d'une voix lointaine. C'est une de mes pires hantises, j'imagine. Marcher dans une ville grouillante de monde sans savoir si je suis suivie ...

— Excellent. Continue.

— Mais il n'y a pas eu que cette fois-là, poursuit Tessa qui réfléchit à haute voix. Chaque fois qu'il regarde droit dans la caméra, on peut voir cette même lueur ... cette peur ...

— Peur de quoi?

— Comme s'il se sentait poursuivi par quelque chose. Poursuivi ou ... (Elle s'interrompt pour chercher le mot juste. Son regard tombe alors sur la couverture de son journal, sur ce faon qu'elle a dessiné. Il est si petit, et il court, il court, comme si sa vie en dépendait.) Traqué, peut-être? Je ne sais pas.

— Tout à fait intéressant, Tessa.

— Ah oui, vraiment? C'est intéressant?

Tessa laisse échapper un petit rire sarcastique, c'est plus fort qu'elle. Intéressant. Ce doit être un de ces mystérieux termes que les psys réservent à leur patient quand il reste désespérément scotché sur une idée fixe.

Chaque fois qu'elle s'installe pour pratiquer ses exercices de pleine conscience, elle finit par écrire des histoires sur Eric Thorn. Elle a déjà rempli deux cahiers entiers avec tous ces scénarios tortueux qu'elle a imaginés.

— Ça ne doit pas être très sain tout ça, quand même, si?

Le docteur Regan sort un calepin jaune et y jette quelques notes.

— Il peut être rassurant d'examiner ses propres angoisses en les attribuant à autrui. Cela peut s'avérer très efficace même, pour autant que l'on s'en rende compte, naturellement. Essaie de réfléchir à la façon dont tes théories sur cette célébrité pourraient avoir un lien avec ce qui s'est passé en juin.

Tessa laisse alors échapper un gargouillis étranglé et plaque plus étroitement ses genoux contre sa poitrine. Elle a passé le mois de juin à La Nouvelle-Orléans, dans le cadre d'un atelier d'écriture de deux mois pour ados. Enfin, il aurait dû durer deux mois, en tout cas. Elle a interrompu le stage à mi-parcours pour courir se réfugier chez elle, dans le cadre rassurant de sa chambre d'enfant. Maintenant, l'été est presque fini et elle ne parvient toujours pas à parler de la raison pour laquelle elle est partie.

— Non ... Vous aviez dit que je ne serais pas obligée de ... pas avant que je me sente prête à ...

— D'accord, Tessa. (Le docteur Regan fait un geste apaisant de la main pour l'inciter à se calmer.) Pense à tes exercices respiratoires. Voilà, c'est cela.

Tessa a du mal à avaler sa salive. L'angoisse qu'elle sent monter menace de la submerger. Elle se concentre alors sur son dérivatif le plus fiable: Eric. Eric Thorn. Dans sa tête, elle psalmodie son nom tout en inspirant. Elle est censée retenir son souffle et compter jusqu'à cinq. Mais elle a inventé sa propre version de cette technique de relaxation. Eric un ... Eric deux ... Eric trois ... Elle regarde sa poitrine se soulever et redescendre lentement jusqu'à ce que la tension qui lui noue les épaules se dissipe.

— Parfait, Tessa, la félicite le docteur Regan. Nous pouvons limiter notre conversation à Eric Thorn, si c'est le sujet de discussion avec lequel tu te sens le plus à l'aise.

— Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi je l'ai choisi, lui. Pourquoi Eric Thorn, franchement?

— À toi de me le dire, Tessa. Pourquoi crois-tu avoir jeté ton dévolu sur lui?

Tessa se sent rougir. Elle s'était toujours considérée comme une simple fan, et ce depuis son premier album, il y a quelques années déjà. Mais sa fascination, ces derniers temps, a pris une tout autre dimension. Et ça va bien au-delà des histoires qu'elle écrit dans son journal. Chaque fois qu'elle tombe sur une nouvelle photo de lui, il faut absolument qu'elle la télécharge pour la sauvegarder dans la galerie de son portable. C'est comme une pulsion irrésistible. Elle a accumulé plus de photos d'Eric Thorn que de n'importe qui, n'importe quelle personne qu'elle ait connue dans la vraie vie. Ici même, dans sa chambre, elle a enlevé toutes les autres photos qui décoraient ses murs jaune pâle. Mais elle a gardé le poster du concert d'Eric Thorn à la place d'honneur : il trône juste audessus de son lit.

— Je ne sais pas. Peut-être parce qu'il est sexy?

Elle risque un coup d'œil au poster derrière elle et s'attarde sur l'image familière : Eric sur scène, une guitare électrique en travers de ses pectoraux musclés. La tête en arrière, il ferme les yeux, perdu dans sa musique ...

Le docteur Regan examine le torse luisant de sueur du chanteur pardessus la monture de ses lunettes.

— Je serais portée à croire que cela ne s'arrête pas là. Mais je te laisse réfléchir à la question jusqu'à notre prochaine séance. Pour le moment, dis-moi où tu en es de tes exercices de désensibilisation. Comment cela s'est-il passé cette semaine?

Tessa se mordille l'ongle du pouce déjà rongé jusqu'au sang. Sa thérapeute s'efforce de combler le silence qui s'installe tandis qu'elle hésite :

— La semaine dernière, tu es parvenue à rester assise en bas, dans le salon, avec ta mère et ton petit ami, Scott, pendant une demiheure.

— Mouais, marmonne Tessa.

— Et ton objectif, pour cette semaine, était d'essayer de toucher la poignée de la porte d'entrée.

— Ça ... n'a pas vraiment marché.

Tessa se mord la cuticule et l'arrache d'un coup de dents. Elle sait qu'elle n'a pas assuré. Il lui avait déjà fallu plus d'un mois de thérapie pour réussir à trouver le courage de mettre un pied hors de sa chambre. Mais ces derniers jours, elle a eu l'impression de faire un énorme pas en arrière.

— J'ai été tellement débordée cette semaine ... Vraiment. Avec ce ... ce truc ... qui se passe, là ... C'est idiot.

Le docteur Regan fronce les sourcils.

— Quel « truc »?

— Rien. C'est juste qu'il s'est passé quelque chose sur Twitter.

Sa thérapeute cesse de prendre des notes pour relever brusquement la tête.

— Tu es sur Twitter?

— Je suis vraiment désolée ...

Elle n'a jamais mentionné son compte Twitter jusqu'alors. Elle ne voyait pas l'intérêt. Elle ne tweetait plus que très occasionnellement, ces derniers temps. Mais voilà que cette semaine, Twitter s'est retrouvé, va savoir pourquoi, au centre de toutes ses préoccupations.

— Je sais ce que vous allez dire : que je ferais mieux de désactiver mon compte et de me concentrer plutôt sur mes exercices.

— Non, Tessa. Cela ne ferait que t'isoler davantage. (Le stylo du docteur Regan s'agite furieusement sur la page de son bloc-notes pendant qu'elle parle.) Toute interaction d'ordre social, quelle qu'elle soit, présente potentiellement un intérêt thérapeutique.

— Sérieux ... sérieusement?

Tessa lance un regard sceptique à son portable, là, dans son étui de cuir rouge, sur sa table de chevet. Elle l'a posé à l'envers pour ne pas risquer de se laisser distraire par la moindre notification durant son heure de thérapie.

Le docteur Regan hoche la tête.

— Notre objectif, c'est que tu communiques avec des gens réels du monde extérieur, naturellement. Mais les réseaux sociaux peuvent représenter un premier pas très positif dans cette direction.

— OK. Eh bien, vu que je n'ai quasiment fait que ça toute la semaine ...

— Et tu as des abonnés? Des personnes avec lesquelles tu échanges?

Tessa éclate de rire. Quelle question ! On l'aurait interrogée il y a encore quelques jours, sa réponse aurait été bien différente : deux petites centaines de followers qui, pour la plupart, ignoraient jusqu'à son existence. Seulement, quand elle a checké son compte aujourd'hui, le nombre de ses abonnés se montait à trente mille. Rien que d'y penser, elle en a encore le tournis. Trente mille abonnés ! Trente mille paires d'yeux rivées à chacun de ses tweets. Ses émotions n'arrêtent pas de jouer au yoyo : ça va de la terreur en imaginant toute cette masse de gens à une envie irrationnelle d'en avoir toujours plus. Déjà, ça la démange de vérifier une nouvelle fois sur son portable. Combien d'abonnés de plus at-elle gagnés depuis que le docteur Regan et elle ont commencé à parler?

— C'est un peu délirant, dit-elle en prenant finalement son smartphone pour jeter un coup d'œil à l'écran.


Tessa H @Tessa * Eric


ABONNÉS:

30,1 k

Elle tourne l'écran vers sa thérapeute.

— Très intéressant ..., commente celle-ci.

L'air absorbé, le docteur Regan presse son stylo contre ses lèvres. Avant de se remettre à écrire précipitamment dans son calepin.

— Mon compte a, comme qui dirait, explosé cette semaine.

— Que s'est-il passé?

Tessa baisse la tête. Elle se met à tripoter les franges déjà effilochées de son dessus-de-lit pour éviter le regard de sa psy.

— Tout a commencé avec cette histoire que j'écris. Une histoire sur Eric. Je l'ai mise en ligne le week-end dernier. (Elle tire sur un fil qui dépasse et regarde une rangée de points se défaire.) Je l'ai intitulée « Obsessed ». C'était censé être une blague. Dans le genre autodérision, vous voyez?

— Et qu'est-il arrivé?

— J'avais lancé ce hashtag #EricThornObsessed. Vous savez ce que c'est un hashtag?

— C'est un concept qui m'est familier, oui.

Le docteur Regan conserve un ton parfaitement neutre, mais une lueur d'amusement brille dans ses prunelles. Tessa se mord la lèvre. Pour elle, tous les gens de l'âge du docteur Regan ne savent même pas télécharger une appli, c'est clair. Elle va devoir réviser son jugement sur sa thérapeute, apparemment.

Elle enchaîne avec un petit sourire gêné:

— Je voulais juste que d'autres fans la lisent. Alors j'ai envoyé tous ces tweets de photos sexy de lui avec un lien sur mon histoire. Et ça s'est juste ... emballé. Tout s'est passé si vite. D'abord, un des plus gros comptes de fans d'Eric Thorn m'a retweetée. Et puis @Retweetable a retweeté aussi. Et puis @Flirtation a retweeté. Et puis ... après j'ai oublié. Je crois que c'était @BlogDeFilles? Ou peut-être @TropVrai? Enfin, un de ces comptes que tout le monde suit. Et puis après, ça s'est retrouvé partout. Je crois que j'ai atteint la première place du Top Tweets mercredi. Ou peut-être mardi? Tenez, regardez. (Elle balaie l'écran de l'index et le montre une nouvelle fois à sa psy.) Vous voyez? C'est la liste des hashtags les plus populaires à travers le monde.

Et là, cartonnant toujours à la troisième place, s'affichent ces mêmes mots que Tessa a tapés sur son portable il y a tout juste six jours, et que voilà maintenant amplifiés par plus de voix qu'elle n'aurait jamais seulement osé imaginer.

#EricThornObsessed 21,8 M tweets

CHAPTER 2

#ERICTHORNOBSESSED


Eric ouvre Twitter et fait apparaître la liste des thèmes qui font le buzz en ce moment.

#EricThornObsessed 21,8 M tweets


Il jure à mi-voix en balançant son portable sur le lit à côté de lui.

— Merde!

Toujours troisième sur la liste. C'est qu'il s'accroche, ce truc. Elles n'ont donc rien d'autre à foutre que le harceler, toutes ces sangsues? Elles ne peuvent pas trouver autre chose pour se shooter?

Enfin, il ne squatte plus la première place, c'est déjà ça.

Il se laisse retomber contre la tête de lit capitonnée de velours et rejette d'un geste agacé une mèche brune qui lui tombe dans les yeux. Il grimace au contact des restes de gel qui crissent sous ses doigts. Il aurait dû prendre une douche avant de se pieuter. Il s'était encore tapé seize heures d'interviews d'affilée, hier, et en regagnant enfin sa chambre d'hôtel, cette nuit, il s'est juste désapé, laissant ses fringues en tas par terre, avant de carrément s'écrouler sur le dessus-de-lit. Trop crevé.


(Continues...)

Excerpted from Follow Me Back by A. V. Geiger, Frédérique Le Boucher. Copyright © 2017 A. V. Geiger. Excerpted by permission of Robert Laffont.
All rights reserved. No part of this excerpt may be reproduced or reprinted without permission in writing from the publisher.
Excerpts are provided by Dial-A-Book Inc. solely for the personal use of visitors to this web site.

Customer Reviews